Vendredi 23 novembre 2018

J'ai rencontré MM. PAUTTE, DGA, et GILLEZ, Ingénieur travaux à l'OPH.

Nous avons discuté d'une nouvelle solution pour clarifier la gestion de la partie collective du chauffage.

Un nouvel élément a été mis en discussion, qui nous a semblé pertinente : les Ets Klein électricité, ont suggéré la pose de compteurs individuels, qui installés à l'extérieur des appartements (important, ndr), permettront d'individualiser les consommations de chauffage du contrat commun.

Les prises en compte techniques :

- pose, coût d'environ 3 k€ pour les 2 entrées, soit environ 100€ par logement. J'ai suggéré que cela soit inclus dans les charges. Cela pourrait être rapidement amorti, même la première année, selon les habitudes de chacun. Par exemple, vous ouvrez largement vos fenêtres dans la journée, vous consommerez plus qu'un voisin confiné, etc. La décision appartient au bailleur.

- la facture globale d'électricité actuelle qui apparaît dans nos charges comprend aussi : la consommation électrique de la porte du garage, les éclairages des parties communes, les 2 spots parking de l'arrière. Il est donc très compliqué d'isoler en l'état actuel la consommation électrique du chauffage collectif, ou y aller au "doigt mouillé". Les compteurs individuels sont une solution, un relevé annuel par l'OPH suffira, et sera la clé de répartition.

- il n'y aura pas besoin d'un accès à l'intérieur des logements pour la pose des compteurs, donc aucune gêne ni contrainte de présence.

- cette démarche permettra au bailleur de se mettre en conformité avec la loi LTE de 2015. Selon M. PAUTTE, nous irons au-delà d'une obligation non établie, et d'un débat qui selon moi, ai une autre analyse. Cela forclos toute action compliquée, longue...et risquée peut-être pour certains d'entre nous. 

- n'ayant pas un caractère d'urgence absolue, cet aménagement se fera donc bientôt. Je n'indique ici aucune échéance dont nous avons parlé, car il est bon que les locataires sachent qu'un compteur sera installé dans quelques temps, et que cela va révéler l'état des lieux de leur installation existante : d'abord, ceux qui pourraient être indélicats (en branchant par exemple sur le circuit collectif toute ou partie de leur consommation, jusqu'à leurs prises électriques -un électricien ou un bricoleur comprendront), ensuite, si vous avez des convecteurs déficients par exemple, cela se verra, on pourra les réparer ou les remplacer, et dans un premier temps vous n'aurez pas à payer de l'électricité que vous n'utilisez pas (car la facture globale actuelle est simplement divisée par le nombre de logements/tantièmes).

L'OPH a donc à ce jour la main pour régler cette situation. 

Autre information, j'ai appris que l'OPH a déjà fait des choix de fournisseurs d’électricité alternatifs, en l’occurrence Enedis, afin de baisser les charges de consommation électrique. Je leur ai indiqué qu'ils auraient tout avantage à communiquer vers les locataires de cette initiative utile (très facile), ces derniers en sont les bénéficiaires, et cela valorise la qualité de la prestation de gestion du bailleur (on n'est jamais mieux servi que par soi-même !)

En marge, nous avons brièvement évoqué une ou deux questions liées à ces charges d'électricité : en quoi les locataires n'ayant pas de garage sont-ils concernés par la dépense électrique de la porte du garage, et des projecteurs de l'arrière ; pour ces derniers, j'ai suggéré aussi que l'on puisse, à titre d'essai, ne laisser qu'un seul spot en service, cela suffirait à sécuriser la zone. Il s'agit là de vieux matériel énergivore appelé un jour à être remplacé par des spots à LED (souvent, on hésite à investir immédiatement une somme qu'on sait pourtant être récupérable rapidement sur la consommation).

J'ai profité de l'occasion pour leur apprendre l'existence de ce blog, ou tout est consultable par chacun, ceci afin de faciliter une consultation et des échanges horizontaux. Y compris par notre bailleur, qui comme nous je le pense, doit être en constante recherche d'une meilleure adaptation aux situations.

J'ai été efficacement reçu par mes interlocuteurs. La solution est donc en vue, grâce à leur écoute active+. Je les en remercie. 

 Merci pour votre attention.

G. PLUGER